Histoire

Monteoliveto - E-shop

Utilisateur: Hôte

Votre panier est vide!

Histoire

Fondé au début du XIV° siècle par le noble siennois Giovanni Tolomei, le grand complexe monastique de Monte Oliveto Maggiore s’étend sur la crête d’une colline au cœur des « terres de Sienne » ; il a été décrit comme une « cité en forme de monastère » à cause de l’ampleur des édifices qui le composent. Au cours de ces derniers siècles le travail des moines et des ouvriers a profondément modifié le territoire environnant, qui était à l’origine inhabité et sauvage. Aujourd’hui une très belle campagne entoure le monastère où les champs cultivés, les vignes, les oliviers et les bois alternent avec un paysage « lunaire » sculpté de ravins et précipices naturels. On peut faire remonter l’origine de l’exploitation agricole du Mont Olivet Majeur à son fondateur Saint Bernard Ptolémée car il apporta lui-même en dot à cette nouvelle fondation, le 26 mars 1319, les terres dont il était propriétaire sur le territoire d’Accône, ainsi que celles des ses compagnons Patrick Patrizi et Melanino. Dans les années suivante, grâces aux donations et à la dot des nouveaux moines, se constitua un patrimoine suffisant pour la vie, le développement et la diffusion de la jeune institution. Au long des siècles arrivèrent d’autres donations et acquisitions jusqu’au point d’atteindre le nombre de 27 fermes en 1850, toutes exploitées par des familles en fermage. Par suite de la loi n.3036 du 7 juillet 1866 et celle n.3848 du 15 août 1867 qui décrétaient la suppression de Ordres Religieux, tous les biens de l’abbaye furent confisqués. Au cours des années suivantes ils furent mis en vente et furent seulement en partie rachetés par une société que les moines constituèrent. Ainsi se forma la dimension et la typologie des terrains et des bâtiments de l’exploitation agricole qui se sont conservés jusqu’à aujourd’hui : une superficie de 850 ha, dont la moitié sont des bois, pâturages et terrains incultes (calanques) et l’autre moitié sont ensemencés, plantés en oliviers ou vignes, et construits.